Pourquoi « La minuscule » ?

À paraître prochainement 

Déjà parus :

2020 – La petite chambre qui donnait sur la potence
2020 – Lettres à Elise
2019 – Le mystérieux truc en fer
(livre épuisé)

2017 : Ribeauvillé dans la tourmente révolutionnaire
(livre épuisé)
2017   :   Quatre   années   de   captivité   en Corse
2016 – C’était Shanghaï
2013 – Derrière les portes de l’Extrême-Orient
2009 – Recettes enfantines et contes gourmands
2020 – 1870 L’été terrible

2019 – Evasion de France
2018 : Annele Balthasar   –   
PRIX NATHAN KATZ

2017 : Prisonniers au château d’If et aux îles du Frioul

2016 – Août 1914 : les déportés d’Avricourt
2015 – Prisonnier des Français
2013 – Mon été au Puy

Ne restez pas devant la vitrine! Cliquez sur les livres ! Entrez !

Pourquoi ces livres ? 

  • Parce que j’aime lire et écrire et que traduire c’est lire en profondeur et écrire en pesant chaque mot. Des heures sur une page à lire chaque phrase dans le détail, puis à chercher le mot juste qui, à la fois s’approche du mot allemand et s’emboite parfaitement dans le texte français.
  • Parce que je suis à la retraite et que j’ai beaucoup de temps disponible.
    Parce comme certains prennent l’avion pour aller au bout du monde, moi, je pars au loin par la magie d’un livre qui me fait visiter le temps d’avant et, voyageur immobile, je passe des jours et des semaines ( c’est long une traduction !) à écouter de petites gens me parler de leur présent qui est mon passé. Vertige !
    Parce que j’aime les rencontres authentiques. Pendant des mois, j’ai un rendez-vous quotidien avec un compagnon, parfois une compagne,  qui me parle de son histoire et dont je partage le « je ».
    Parce que j’aime chercher des choses « introuvables » comme retrouver la famille des auteurs ou des personnes évoquées dans le livre. Que de rencontres et de découvertes dignes d’un scénario de film  j’ai déjà faites !
    Parce que j’aime les vieux papiers. Une fois une traduction terminée, j’aime me rendre sur les lieux évoqués et confronter le récit à la mémoire des archives.
    Parce j’ai une chance improbable ! J’attire les vieux témoignages comme d’autres les chats errants.
    Parce que j’aime partager mes trouvailles. lll

Autant de raisons qui ont fait dire à ma petite-fille : « Papapa est un écriteur ».

                                                         Jean-Louis SPIESER
m.spieser[at]orange.fr

Pour aller plus loin , lisez mon texte dans « La faute à Rousseau », Revue de l’autobiographie